Les degrés Savard comme indice du réchauffement climatique au Canada

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Gilles Brien dit :

    Beau travail d’analyse. Sauf que le réchauffement des températures Savard au fil des années n’est pas un
    reflet fidèle du réchauffement global mais plutôt un signe de l’urbanisation croissante des villes canadiennes. Le déménagement des sites d’observations météo des universités aux aéroports ont
    Influencé aussi en partie le réchauffement car les aéroports sont des îlots de chaleur urbains. Mais quand même, belle job d’investigation.

    Gilles Brien
    Météorologue et auteur du livre « Les baromètres humains »

    • Jean Thériault dit :

      Voilà M. Brien, c’était aussi mon commentaire. J’aimerais voir le même exercice effectué avec des stations qui sont demeurées tout ce temps à l’extérieur des zones urbanisées.

  2. Nicolas dit :

    La hausse de température dans les grandes villes peut-être provoqué en partie par elles-mêmes. Il fait plus chaud où il y a beaucoup l’asphalte… Ça expliquerait la différence entre tes calculs et la hausse réelle.

  3. Yvan Dutil dit :

    Désolé, mes les données climatiques sont homogénéisées.

    Il serait plus simple de comparé les degrés Savars aux données du projet BEST pour le Canada.

    http://berkeleyearth.lbl.gov/regions/canada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *