Jean-Hugues Roy

Expériences | réflexions | scrapbook

La Presse: transparence svp

La dernière Presse imprimée un jour de semaine le sera le jeudi 31 décembre 2015. Cette décision du quotidien de la rue Saint-Jacques est essentiellement économique. Les médias imprimés vivent de deux choses:

  • les revenus tirés des abonnements et
  • les revenus tirés de la vente de publicité.

Or, ces deux sources de revenus sont voie de se tarir depuis le milieu des années 2000. Dans son texte publié mercredi, l’éditeur Guy Crevier explique que «l’industrie nord-américaine des journaux a notamment perdu 63% de l’ensemble de ses revenus publicitaires entre 2006 et 2013, soit 29 milliards de dollars. Le tirage payant des quotidiens en Amérique du Nord a de son côté affiché un recul historique de 22% au cours de la même période».

Mais M. Crevier ne va pas au bout de son explication. Les chiffres dramatiques qu’il donne, appuyés par d’autres analystes qui prévoient même la disparition de tous les quotidiens au pays en 2025, concernent l’ensemble des journaux du continent. Pour qu’on comprenne mieux la situation du quotidien de référence au Québec, M. Crevier devrait nous dire quelle a été la baisse de ses revenus. Oui, la pub imprimée ne représente plus que 15% des recettes… Mais quelles sont ces recettes? La suppression de l’édition papier permettra d’économiser 20 millions de dollars. Je veux bien, mais sur des recettes totales de combien?

Contrairement au Devoir, on ne connaît pas le chiffre d’affaires de La Presse, pas plus que ses bénéfices (ou ses pertes). C’est que le journal fait partie d’un grand groupe financier, Power Corporation du Canada.

Power organigramme

Place de La Presse dans l’organigramme de Power Corporation (cliquez pour agrandir l’image).

Dans cet organigramme, la partie en jaune est ce que les documents de Power désignent souvent comme les «autres filiales».

Parmi ces autres filiales, il y a un groupe appelé GCSV. Il s’agit du Groupe de communication Square Victoria.

Dans cette filiale, il y a deux sous-filiales: Propriétés numériques Square Victoria (qui publie notamment les sites Workopolis et DuProprio) et Gesca, qui publie notamment La Presse.

Dans les rapports financiers de Power, les chiffres de La Presse et de Gesca sont noyés dans l’ensemble de ces «autres filiales». Et la performance des ces autres filiales est loin d’être reluisante.

Power chiffres q2-2015

Sommaire des résultats du premier semestre (deux premiers trimestres) 2015 de Power Corp. Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Dans les deux premiers trimestres de 2015, Power a réalisé un bénéfice net de 969 millions de dollars. On ne parle pas du chiffre d’affaires, ici, mais bien des bénéfices, du profit. Power Corporation a généré un profit de près d’un milliard de dollars dans les six premiers mois de cette année. Cela équivaut à plus de 220 000 $ de profits à l’heure et permet de comprendre ce que M. Crevier veut dire quand il écrit que «le virage numérique a été soutenu avec conviction et constance par notre actionnaire. Sans cet appui, il est certain que nous n’aurions pas pu réussir».

Le seul secteur qui perd de l’argent chez Power est celui des «autres filiales». Et c’est de ce groupe d’entreprises dont fait partie La Presse. Les pertes y ont été de 67 millions durant la même période.

Mais quelles entreprises, au juste, perdent de l’argent?

Toutes ces «autres filiales»?

Ou est-ce que certaines font des profits qui compensent pour les pertes plus importantes de certaines autres? Si c’est le cas, lesquelles de ces «autres filiales» font des profits et de combien? Lesquelles font des pertes et de combien?

La transparence réclamée par les différents syndicats d’employés du journal ferait du bien. Elle permettrait de mieux comprendre ce qui se passe dans une entreprise sur laquelle le public compte quotidiennement pour l’éclairer. C’est une entreprise qui vit de l’éclairage que ses artisans jettent sur une myriade de dossiers quotidiennement. Braquer les projecteurs, c’est son pain et son beurre. Il serait souhaitable qu’elle les braque maintenant sur ses propres finances.

En attendant, tout ce que les documents de Power nous permettent de conclure, c’est que La Presse, incluant La Presse+, est dans un groupe d’entreprises qui a perdu 67 millions de dollars dans les deux premiers trimestres de 2015. C’est l’équivalent de 2,5 millions $ de pertes par semaine… et ce, malgré 30 mois de La Presse+.

 

(Source: Rapport de gestion du 2e trimestre 2015 de Power Corporation du Canada, publié le 11 août 2015, disponible sur SEDAR.)

5 commentaires

Commentez
  1. Dans les revenus des journaux il doit aussi y avoir les ventes en kiosque et chez dépanneurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jean-Hugues Roy [CC] BY-NC-SA, 1988-aujourd'hui Frontier Theme