dimanche, 26 novembre 1995
Reboot
Où notre stagiaire retrouve ses collègues à Amsterdam, puis sa famille à Montréal

[très court]




Après la meilleure nuit de ma courte vie en Europe, M. de Vriese est venu me porter mon ontbijt: oeufs, pain, jus d'orange. J'étais repu.
Puis, j'ai retraversé Bruges, mais à pied, vers la gare, où j'ai pris le train de 9h vers Amsterdam. Quel trajet!

Encore une fois, le temps était splendide. Un ciel bleu de Delft, des forêts couleur d'agrumes et des champs dans tous les tons de Sienne. Une vraie nature morte flamande défilait sous mes yeux.


Après une escale dans l'époustoufflante et gothique gare d'Anvers (ville que j'aimerais beaucoup visiter [mais je vais me contenter de sa Digitale Metropool, petite soeur de la Digitale Stad d'Amsterdam]), le train a filé sur Schiphol, en traversant Rotterdam et La Haye.
J'ai cherché, dans le paysage, à deviner où passait la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas. Mais je n'ai rien vu. Les deux contrées sont jumelles. En fait, le contraste est plus fort à l'intérieur même de la Belgique entre les régions flamande et wallonne, où le bâti et la signalisation, par exemple, changent... C'est dire à quel point les frontières sont souvent plus une construit de l'esprit qu'une réalité se traduisant dans l'espace tangible.
J'ai beaucoup plus reconnu ici le plat pays chanté par Brel qu'en Wallonie vallonneuse.

Je suis arrivé à Schiphol vers midi, avec une heure d'avance. Les camarades étaient déjà arrivés de Bruxelles et attendaient la correspondance, affalés sur leurs sièges. La veille, à part Stéphane qui était allé faire un tour à Knokke-le-Zoute, sur les rives de la mer du Nord, les autres étaient restés à Bruxelles, et ça a eu l'air mortellement ennuyant! ;-)

Ainsi s'est achevé notre stage. Nous avons donné une bouteille de whisky à Jean-Marc, qui s'est démené comme deux avec nous en Belgique. Nous avons dépensé nos derniers florins en chocolat, et puis nous sommes rentrés à Montréal, où déjà plusieurs centimètres étaient tombés durant notre absence...



[ Hier ]
[ Page d'accueil ]


©1996 Jean-Hugues Roy (hugo@reporters.net)