L'album d'un père

Lundi, 25 septembre 2000
Négligeances




Chaise de jardin trempant dans le gazon En déverouillant mon vélo avant d'aller au travail, ce matin, ma négligeance m'a sauté au visage. Elle prenait la forme de cette chaise de jardin en plastique, en train de se faire bouffer les pattes par un gazon hirsute. Un gazon que j'ai négligé de couper depuis des semaines.
Je me fous de l'apparence de ce gazon. Je me fous de ce que pensent les voisins. Seulement, je ne me fous pas de ma négligeance.



Je la ressens aussi dans tous mes muscles, cette négligeance. Ce week-end, c'étaient la demi-finale (samedi) et la finale (dimanche) de notre ligue adulte de soccer. Nous avons gagné les deux parties, ce qui fait de notre équipe, la Squaddra Azzura, la championne incontestée de notre quartier.
J'étais gardien de but. J'ai arrêté un pénalty en première demie. J'ai été solide quand la finale s'est achevée en tirs de barrage.
Là où j'ai été négligeant, c'est dans mon manque total d'entraînement de telle façon que même si je jouais presque tous les week-ends, je ne faisais pas assez d'exercice la semaine et je suis aujourd'hui aussi en forme qu'une Plymouth Reliant K 1981 toute rouillée.
Papa déguisé en Barthez, à l'arrière plan, l'imprimerie de la Gazette



Scène du film Hochelaga, prise à la dernière représentation de samedi soir dernier au chic Cinéplex Odéon de Ville LaSalle Je néglige également mes heures de sommeil.
Avant que tu arrives, j'en profite. Je vais au cinéma. Tout seul. Maman n'en a pas envie. Samedi soir, je suis allé voir Hochelaga, par exemple. Un film que j'ai reçu comme une décharge de 12. Il fait partie de mon palmarès des cinq meilleurs films de tous les temps.
Quand tu seras assez grand(e) pour que le cinéma se mette à façonner ton caractère, tu auras peut-être la même impression, en le voyant, que j'ai, moi, en regardant Ti-Mine, Bernie pis la gang. Mais j'ai confiance que tu sauras comprendre ce que veux dire.



J'ai l'impression, aussi, de négliger ton frère.
Je veux tant profiter de mes derniers moments sans couches-biberon-dodo, que je flâne en rentrant en vélo. Ce soir, par exemple, je me suis arrêté dans un parc pour regarder un match de soccer à la brunante. Quand je suis arrivé, à 19h, Xavier voulait jouer avec moi. J'ai soupé. Et quand j'ai terminé, il était temps pour lui d'aller dormir. Je n'ai pas joué avec lui. Je lui ai raconté une histoire et ce fut tout. Une grosse demi-heure avec lui.
Je suis un beau salaud. Lui qui nous aide tant, comme ici, dimanche matin, lorsque nous avons monté ta bassinette.
Xavier plaçant le matelas dans ta bassinette.



Xavier menant diverses expéricences Ces jours-ci, Xavier mène diverses expériences. Il mélange toutes sortes d'ingrédients hétéroclites dans un verre (eau de javel, savon à vaisselle, céréales, épices, etc.). Il verse ensuite une petite quantité du mélange appétissant dans de petites éprouvettes qu'il place enfin dans le congélateur pour voir ce que ça va donner.
Il a la science dans le sang. Et il ne néglige aucun détail.

[ <<< page précédente ] [ accueil ] [ page suivante >>> ] hugo66