L'album d'un père

Dimanche, 31 décembre 2000
La tempête




Xavier dans la neige devant la maison Le dernier jour du millénaire a été blanc chez nous.
Très blanc.
On attendait une dizaine de centimètres de neige, sans plus. Il en est tombé 30! Pour le plus grand plaisir de Xavier.



Après avoir pelleté deux heures, j'ai réussi à dégager notre auto et nous sommes partis toute la famille, avec Mamilou, chez tante Aline et oncle Rudy.
La route était glissante, mais on y était presque seuls. C'est l'avantage des tempêtes: elles poussent les gens à rester chez eux. Les anti-sociaux comme moi, on adore!
Un viaduc enneigé surplombant l'autoroute métropolitaine



Église Saint-Alphonse-d'Youville vue de l'autoroute métropolitaine J'aime bien rouler vers chez tante Aline car on passe sur le «Métropolitain», l'autoroute la plus achalandée au Québec. C'est peut-être également l'autoroute la plus détestée, mais moi, je l'aime bien. Elle traverse des lieux qui me rappellent mon enfance. Comme cette église.
Quand j'étais petit, on allait souvent chez mon parrain à Pointe-aux-Trembles et on passait ici. L'image de ce clocher émergeant du parapet de l'autoroute est gravée dans mon cerveau. J'y repense à chaque fois que je repasse devant.



Chez tante Aline, c'était tristounet un tantinet.
Oncle Rudy ne se porte vraiment pas bien. Il n'est plus que l'ombre du gaillard jovial que j'ai connu. Ce déclin déprime tante Aline, bien sûr.
Verra-t-il l'eau couler dans la rivière au printemps?
Vue de chez tante Aline sur la rivière des Prairies gelée et, de l'autre côté, Laval



Détail de l'arbre de Noël de tante Aline Malgré tout, tante Aline avait décoré son appartement avec soin. Dans son petit arbre, elle avait accroché toutes ses décorations, dont cet amusant bonhomme, qui donne une idée de ce qui arriverait au père Noël s'il était capturé par des Jivaros réducteurs de têtes!



On a soupé avec eux au restaurant de leur résidence. À ce souper de réveillon du Jour de l'an, tu détonnais, dans ton siège pour bébé, parmi les fauteuils roulants. Maude au resto de la résidence de tante Aline



Le tri du linge sale Puis, nous sommes rentrés à la maison, dans la neige toujours.
Comme je travaille comme un fou ces jours-ci, je n'ai jamais le temps de faire mon lavage. J'en ai profité ce soir.



Quand tes petits-enfants te demanderont : «Dis, grand-maman Maude, comment avez-vous célébré l'arrivée du vingt-et-unième siècle dans ta famille ?», tu pourras leur répondre avec cette photo en disant : «Comme ça.» Le lavage du nouveau millénaire



Fernand Gignac chantant Amapola pendant la Fureur du jour de l'an C'était drôlement plus inspirant, en tous cas, que ce qu'il y avait à la télévision. La Fureur du Jour de l'an... Avec Fernand Gignac directement extrait des boules à mites. Au secours!



Tu sais, je t'avais déjà parlé de ce monsieur Gignac. J'ai en ma possession une cassette huit pistes de lui, un artéfact média dont la valeur croît avec les années. Je te le lèguerai un jour. Il me reste seulement à dénicher un lecteur huit pistes... Cassette 8-pistes de Fernand Gignac



Maude sur le coup de minuit Cette photo est sombre, mais c'est la seule que j'aie de toi ce soir.
Il était minuit deux. L'an 2000 venait juste de passer à l'histoire. Mais toi, dans les bras de ta maman, tu avais visiblement d'autres préoccupations en tête.

[ <<< page précédente ] [ accueil ] [ page suivante >>> ] hugo66