L'Électron libre

1er zap - Juin 1995

L'hyper-entrevue

Jacques Parizeau


Marie-Josée Gagnon

Flashback 1990.

Ça faisait trois ans que je m'inscrivais au stage pour jeunes journalistes de La Presse. Tout un été dans la salle de rédaction du plus grand quotidien français en Amérique du Nord: le rêve de tout aspirant reporter ou étudiant en communication!

Première année (1988) : recalé
Deuxième année (1989) : j'ai échoué l'examen de sélection.
Troisième année (1990) : je réussis toutes les étapes! Je suis accepté au stage de journalisme le plus couru au Québec, l'équivalent, pour un Canadien anglais, d'un internship au Globe & Mail ou au Toronto Star.

Mais suite à des pressions de Jean Barbe, rédacteur en chef de Voir, à l'époque, je me retire de l'équipe de stagiaires. Je freelançais pour Voir depuis près de deux ans et je commençais à faire partie de la gang. Barbe m'a laissé comprendre que si je participais au stage de La Presse, je pouvais dire adieu à toute collaboration future avec Voir.

Marie-Josée Gagnon, cet année-là, était arrivée en huitième position sur sept à l'examen et avait ainsi raté de justesse la sélection. Grâce à mon retrait du stage, voici qu'elle pouvait participer!
Après le stage, elle s'est déniché une job au PQ, comme attachée de presse du chef de l'Opposition, devenue, aprés le 12 septembre 1994, attachée de presse du Premier ministre du Québec."Toi, je t'en dois toute une", me rappelle-t-elle à chacune de nos rares rencontres. À chaque fois, je ne peux m'empêcher de penser, avec ironie, que ça mène à tout, le journalisme!



Textes & photos & graphisme : Jean-Hugues Roy; mai 1995
Électro-feedback